L’ICN à nouveau lauréat du prix Talents INPI PACA

L'Institut de Chimie de Nice (UNS, CNRS) a reçu le trophée Talents INPI Paca dans la catégorie "centre de recherche". C'est la deuxième fois que le laboratoire reçoit ce trophée qui récompense ses capacités de recherche et d'innovation. En 2016, ce sont 14 demandes de brevet qui ont été déposées et de nombreuses autres sont en cours de dépôt ou en phase de maturation dans les équipes de recherche.
L’ICN à nouveau lauréat du prix Talents INPI PACA

Le Trophée "Talents INPI" - crédit photo ©A. Macarri - Service Communication

L'activité scientifique d'un laboratoire de recherche se partage entre la recherche fondamentale qui se mesure par le nombre et la qualité des publications dans des revues scientifiques et la recherche appliquée en lien direct avec l'innovation, la recherche et le développement et qui se mesure au nombre de brevets déposés.

C'est pour la partie recherche appliquée développée au sein de l'ICN que le laboratoire a été récompensé en décembre 2016 par l'Institut National de la Propriété Industrielle - INPI PACA par le trophée Talents dans la catégorie "centre de recherche". Il avait déjà reçu cette récompense en 2014.

Depuis 2011, le laboratoire a publié 23 brevets et concédé 4 licences d'exploitation. 3 brevets sont en cours d'études et 5 projets en phase de maturation avec la SATT Sud-Est et INSERM Transfert.

La partie valorisation concerne plus particulièrement l'activité du laboratoire dans le domaine des odorants et de la parfumerie ou des molécules pour le vivant (molécules bio-actives utilisées en cosmétique ou en thérapie anti-cancéreuse).

Un exemple de valorisation est donné par Sylvain Antoniotti, de l'équipe "Arômes Parfums Synthèse Modélisation" qui travaille sur le vetiver, une essence qui provient d'une plante qui pousse principalement en Haïti et qui est à l'origine d'un ingrédient précieux utilisé en parfumerie, l'acétate de vetiveryle. Les méthodes utilisées pour obtenir ce produit sont actuellement des méthodes chimiques. L'équipe de recherche de Sylvain, avec le concours de Jean-Jacques Filippi pour l'analyse fine de la composition par chromatographie gazeuse bidimensionnelle couplée à la spectométrie de masse, a mis au point un procédé biotechnologique faisant appel à la catalyse enzymatique pour produire ce dérivé de manière plus "propre" grâce à des économies d'énergie et en limitant la production de déchet. Un brevet a été déposé en 2015, publié en 2016, et est actuellement dans les phases nationales. Une due diligence (audit préalable à l'acquisition) est actuellement en cours au sein d'une entreprise française qui acheterait une licence d'exploitation du brevet pour produire cet ingrédient produit selon les méthodes de chimie durable mises au point par l'équipe de l'ICN.

Un autre exemple côté molécules bio-actives est donné par l'équipe de Rachid Benhida qui en 2014 a déposé un brevet pour le développement d’une nouvelle classe de molécules pour le traitement des leucémies aigües myéloïdes et un test compagnon. Ces brevets développés en partenariat avec le C3M (Patrick Auberger, centre méditerranéen de médecine moléculaire) et le CHU ont fait l'objet d'une licence concédée à la société Clevexel pharma (http://unice.fr/fil/service-communication/actualites/partenariat-scientifique-entre-le-c3m-licn-et-clevelxel-pharma-une-societe-pharmaceutique). Depuis 3 autres brevets ont été déposés pour d'autres molécules bio-actives capables de contrecarrer les phénomènes de résistance dans certains cancers agressifs, en collaboration avec les équipes de Stéphane Rocchi et Thierry Passeron (C3M/CHU). Des discussions sont actuellement en cours avec des entreprises pharmaceutiques pour initier un essai clinique de phase 1.