A Nice, Livreur Chic tient tête à Deliveroo

Lancée il y a presque deux ans par Franck Léon (ancien étudiant de l'IAE Nice), la startup niçoise spécialisée dans la livraison de plats haut de gamme s'est fait une belle place sur un marché saturé.

C'est une affaire qui roule. Depuis la création de sa société Livreur Chic en décembre 2015, Franck Léon, jeune patron de 30 ans, a fait son trou dans un secteur surchargé : celui de la livraison de plats à domicile. La valeur ajoutée de cette startup, c'est le profil de la soixantaine de restaurants avec lesquels elle travaille : du haut de gamme ou du gastronomique. Cerise sur la gâteau, ses livreurs -tous indépendants- sont équipés du combo pantalon-chemise-noeud papillon pour "véhiculer l'image du restaurateur". Ce concept novateur est venu à Franck Léon lors d'un voyage aux Etats-Unis, il y a presque deux ans. Cet ancien élève de l'IAE, l'a concrétisé à Nice où il a très largement trouvé son public dans une ville que ses livreurs couvrent en quasi totalité. Après une bonne et "étonnante" première année, le seul salarié de l'entreprise envisage de doubler son chiffre d'affaires pour l'exercice 2017.

"A la recherche d'investisseurs"

Une vraie réussite alors qu'entre temps, l'enseigne britannique Deliveroo s'est implantée dans la capitale azuréenne. "Evidemment, nous n'avons pas la même force de frappe qu'eux, mais cela nous empêche pas de grandir. D'ailleurs je reçois tous les jours des CV des livreurs de Deliveroo..."  Les récentes polémiques sur les conditions de travail et de rémunération des livreurs dans cette société ne sont probablement pas étrangères à celà. 

Si Franck Léon ne travaille qu'avec une trentane de livreurs à vélo , quand il s'agit d'attaquer les collines niçoises il "sous-traite la livraison en scooter à une société de transport." Actuellement à la recherche d'investisseurs pour permettre à sa startup de grandir, l'entrepreneur a quantité de projets en tête : "se développer à Cannes mais aussi Villefranche-sur mer ou encore ouvrir un Livreur Chic épicerie pour valoriser le travail des commerces de proximité qui font de la qualité." Et de conclure : "notre objectif est de démontrer que la livraison à domicile peut être assimilée à de la qualité. Beaucoup de personnes refusent de passer ce cap, il suffit simplement d'essayer pour être convaincu."

------------------

Source : Tribune Bulletin Côte d'Azur