Elise DARAGON

Militante pour les carrières sociales à l’université

Elise DARAGON est un pur produit de l’université, passionnée par son travail et par le devenir des étudiants. Recrutée en 1996 comme Maître de Conférences en droit privé à l’UNS, elle a enseigné au département GEA (Gestion des Entreprises et des Administrations) de l’IUT. Elle y a été directrice d’études de 1ère année puis, en 2002, et en partenariat avec l’IAE de Nice, a créé une Licence Professionnelle Gestion des établissements sanitaires et sociaux (LPGESS), précurseur du département Carrières Sociales.
Aujourd’hui, elle est élue à la CFVU et préside le CERTEC (conseil scientifique) de l’IUT.

Vers un centre universitaire des carrières sociales ?

En 2009, elle dirige ce département ouvert à Menton ayant, à l’époque, la seule option «animation sociale et socioculturelle». Mais il manquait encore l’option «éducation spécialisée». Sachant qu’il fallait après le Diplôme Universitaire Technologique (DUT) refaire 3 ans dans un institut privé pour être éducateur spécialisé, Elise a permis la signature d’une convention tripartite entre l’Université (IUT), la Région et l’IESTS (Institut d’Enseignement Supérieur en Travail Social) afin de mettre en oeuvre un double parcours. Aujourd’hui, les étudiants ont 2 ans de DUT et 1 an à l’IESTS (financé par la Région) pour devenir éducateur spécialisé. Ceci n’existe que dans 2 ou 3 universités en France. Par conséquent, en 2016, pour 30 places en 1ère année, il y a 600 demandes.
Regroupant aujourd’hui 150 étudiants (2 DUT et 1 LPCIESS), le département Carrières Sociales a en projet une LP «Cadres intermédiaires de l’animation sociale et socioculturelle» pour compléter son offre de formation en travail social.

Des formations en lien avec une recherche sur l’innovation sociale

Elise codirige le projet de recherche NUSERUS (Technologies NUmériques au SERvice des Usagers) : dans 8 établissements sélectionnés en PACA, de la petite enfance aux EHPAD, les enseignants-chercheurs observent l’usage des technologies numériques dans ces milieux clos.

4 points ont émergé :

  • La modification du métier de travailleur social
  • La modification de la relation avec les usagers ou les résidents
  • Les problèmes de responsabilité juridique et d’éthique qui découlent de l’utilisation des technologies numériques
  • Le partage d’informations entre tous

Ses recherches se font au sein du laboratoire I3M de l’UFR LASH sur fond de travail pluridisciplinaire associant les sciences humaines et sociales.
Ces problématiques brûlantes entrent dans l’IDEX comme par exemple le vieillissement de notre population. En effet, comment concevoir une cité internationale de la santé sans envisager son pendant social ? L’IUT traite du volet social et médico-social de ces problématiques et donc de l’accompagnement des personnes vulnérables. Elise travaille beaucoup sur l’innovation sociale ; sa recherche/action/formation implique un travail important avec les professionnels. Aujourd’hui, il est difficile de vivre sans les technologies du numériques et c’est pareil pour les personnes en grande difficulté.

Des métiers uniquement pour les femmes ?

Avec la mission parité de l’UNS et le Rectorat, Elise a travaillé sur la question de l’égalité femme/homme dans le travail social. Les femmes y sont très majoritaires alors que l’emploi est au RDV. Une journée d’étude organisée sur ce thème en 2016 a sensibilisé les professionnels et les jeunes à ce constat. Et cela marche…Aujourd’hui, un module de formation auprès des étudiants sur ce thème est programmé et 1/3 des 1ères années sont des garçons.

Des étudiants investis dans la vie de leur Université

Ici, au département carrières sociales, l’étudiant est au centre des préoccupations. D’ailleurs, ils s’investissent aussi pour leur université. En effet, cela fait maintenant 4 ans qu’ils animent le Noël de l’UNS. Ils prennent en charge la journée, construisent les jeux, les mettent en œuvre. Ils sont en tout 30 étudiants animateurs et 13 élèves en cordées de la réussite.
C’est donc eux que nous verrons déambuler sous un chapeau de lutin ou de Père Noël pour amuser nos enfants lors d’un après-midi joyeux et festif !